Les meilleures ressources pour améliorer la gestion de votre cycle Procure-to-Pay et de votre comptabilité fournisseurs

Obligation facturation électronique : il est urgent de s’y préparer !

Si l’obligation de facturation électronique en réception ne sera effective qu’à partir de 2024, il est important de se préparer dès aujourd’hui aux nombreux changements à venir. Entre 2024 et 2026, toutes les entreprises assujetties à la TVA devront en effet émettre leurs factures au format électronique, indépendamment de leur taille ou de leur chiffre d’affaires. Quelles actions mettre en œuvre dès à présent pour anticiper cette nouvelle organisation ? Nos conseils.

Tour d’horizon de la facturation électronique en Europe

Conformément aux recommandations européennes, l’utilisation de la facturation électronique dans le cadre de transactions en B2G s’est fortement développée en Europe. La Directive 2014/55/UE impose en effet aux entités publiques d’être en mesure de recevoir des factures électroniques depuis 2020. Du côté du B2B, certains pays tels que l’Italie ou la Finlande font figure de précurseurs, tandis que d’autres comme la France ou la Belgique s’apprêtent à franchir le pas en la rendant obligatoire en B2B. Tour d’horizon de la facturation électronique en Europe.

Facture électronique en 2024 : tout comprendre des changements à venir

Entre 2024 et 2026, la facture électronique deviendra progressivement obligatoire pour l’ensemble des entreprises assujetties à la TVA. A partir de cette date, les entreprises ne pourront plus s’envoyer de factures entre elles, mais devront impérativement passer par des plateformes : soit par le portail public de facturation (PPF) soit par une plateforme de dématérialisation partenaire (PDP). Alors que la généralisation de la facture électronique devrait considérablement bouleverser le paysage de la facturation, nous vous proposons de revenir sur les principaux changements à venir.

Factures : 4 bonnes raisons d’oublier la LAD RAD

Factures : 4 bonnes raisons d’oublier la LAD RAD

La Loi Finances 2020 va contraindre toutes les entreprises à échanger, entre elles, des factures au format électronique à l’horizon 2026. Si beaucoup se sont déjà lancées dans la dématérialisation de leur facturation, la solution la plus répandue aujourd’hui est la LAD/RAD, qui sera rendue obsolète par la nouvelle loi. Découvrez 4 raisons pour lesquelles il est préférable d’abandonner ces outils au profit de la facture électronique.

lire plus
4 conseils d’expert pour gérer efficacement votre trésorerie

4 conseils d’expert pour gérer efficacement votre trésorerie

Bien gérer sa trésorerie n’est pas un enjeu réservé aux grandes entreprises. En effet, les PME-ETI ont aussi intérêt à se doter de solutions de gestion de leur trésorerie. Mais au-delà de la partie logicielle, une gestion efficace de votre trésorerie repose sur de bons réflexes à adopter dès le début de votre projet. Décryptage avec Pandat Finance.

lire plus
Saisie comptable : comment réduire le risque d’erreurs ?

Saisie comptable : comment réduire le risque d’erreurs ?

Les responsabilités des comptables sont très nombreuses et les risques d’erreur le sont tout autant. Cela peut aller de la simple faute de saisie d’une somme à une opération passée en double ou inscrite sur le mauvais compte. Mais il est tout à fait possible d’améliorer la performance de votre service comptabilité en adoptant les bonnes solutions.

lire plus
3 bonnes raisons de s’équiper d’un logiciel comptable

3 bonnes raisons de s’équiper d’un logiciel comptable

C’est un fait. Pour de nombreuses TPE/PME comme pour les grands groupes, la gestion de la comptabilité est un travail à la fois fastidieux et chronophage. Si vous n’êtes pas encore convaincu, voici 3 bonnes raisons de mettre en place un logiciel comptable au sein de votre entreprise.

lire plus
Contrôle fiscal : 3 points de vigilance pour les DAF

Contrôle fiscal : 3 points de vigilance pour les DAF

En France, le calcul de l’impôt sur les sociétés est basé sur la déclaration annuelle des bénéfices de l’entreprise. Cette dernière peut parfois faire l’objet d’un contrôle par l’administration fiscale, en particulier si des manques, des erreurs ou des oublis sont constatés.
En tant que Directeur·ice Administratif·ve et Financier·ère, l’une de vos principales missions est donc de vous assurer de la bonne tenue des comptes de l’entreprise. Vous devez également mettre en place les outils nécessaires (logiciel comptable certifié, etc.) pour respecter la législation. Afin d’éviter les contrôles fiscaux, voici 3 aspects sur lesquels il est nécessaire d’être vigilant.

lire plus